|
|
|
L’accord entre l’AIEA et l’Iran suscite l’espoir de nouvelles négociations nucléaires avec les États-Unis

L’accord entre l’AIEA et l’Iran suscite l’espoir de nouvelles négociations nucléaires avec les États-Unis

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a conclu dimanche un accord avec l'Iran pour résoudre "la question la plus urgente" entre les deux pays, à savoir l'entretien de l'équipement de surveillance, qui n'a pas été effectué dans les délais impartis, afin d'assurer son fonctionnement.
L'accord entre l'AIEA et l'Iran suscite l'espoir de nouvelles négociations nucléaires avec les États-Unis

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a obtenu cet accord lors d’un voyage de dernière minute à Téhéran, qu’il a qualifié de « constructif », avant la réunion du Conseil des gouverneurs de son agence, composé de 35 pays, qui se tiendra cette semaine et au cours de laquelle les puissances occidentales menacent de demander une résolution critiquant l’Iran pour son obstruction à l’AIEA.

Une résolution risquerait d’entraîner une escalade avec Téhéran, ce qui pourrait anéantir la perspective de reprendre des discussions indirectes plus larges entre l’Iran et les États-Unis en vue de relancer l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, qui vise à empêcher l’Iran de développer une arme nucléaire s’il le souhaite. L’Iran nie avoir jamais voulu le faire.

Ces discussions ont été interrompues en juin et le président iranien, Ebrahim Raisi, a pris ses fonctions en août. Les puissances occidentales ont exhorté l’Iran à reprendre les négociations et ont déclaré que le temps était compté, car son programme nucléaire progresse bien au-delà des limites fixées par l’accord, que Washington a abandonné en 2018.

« Ce n’est pas une solution permanente, cela ne peut pas être une solution permanente. Cela a toujours été considéré, pour moi en tout cas, comme un palliatif, comme une mesure pour laisser du temps à la diplomatie », a déclaré Grossi aux journalistes à l’aéroport de Vienne après son voyage.

Il a ajouté : « Nous avons réussi à rectifier le problème le plus urgent : La perte imminente de connaissances à laquelle nous étions confrontés jusqu’à hier. Nous avons maintenant une solution ».

Le coordinateur des négociations nucléaires aujourd’hui bloquées, le directeur politique de l’Union européenne Enrique Mora, a déclaré sur Twitter que l’accord « donne de l’espace à la diplomatie », ajoutant qu’il était crucial que les discussions reprennent dès que possible.

L’accord de 2015 a introduit la surveillance de domaines supplémentaires du programme nucléaire iranien au-delà de ceux supervisés dans le cadre des obligations légales fondamentales de l’Iran envers l’AIEA. L’Iran a déclaré en février qu’il abandonnait cette surveillance, qui couvre des domaines tels que la fabrication de pièces pour les centrifugeuses – les machines qui enrichissent l’uranium.

Sans contrôle, l’Iran pourrait poursuivre secrètement son programme nucléaire.

Craignant qu’en l’absence de contrôle de ces secteurs, l’Iran puisse secrètement siphonner des quantités inconnues d’équipements et de matériaux susceptibles d’être utilisés pour fabriquer une arme nucléaire, M. Grossi avait précédemment conclu un accord avec Téhéran pour qu’il continue à assurer la maintenance des équipements, bien que l’Iran ait par la suite abandonné cet accord également.

Cet équipement doit être révisé tous les trois mois afin de s’assurer que ses cartes mémoire ne se remplissent pas et qu’il n’y a pas de lacunes dans la surveillance. L’accord est intervenu alors que le temps était compté, trois mois s’étant écoulés depuis plus de deux semaines.

M. Grossi s’est abstenu de dire que la soi-disant continuité des connaissances avait été maintenue, mais a déclaré que l’accord donnait à l’AIEA les moyens techniques dont elle avait besoin.

« La reconstruction et la réunion du puzzle interviendront lorsqu’il y aura un accord au niveau du JCPOA, mais à ce moment-là, nous disposerons de toutes ces informations et il n’y aura pas eu d’interruption », a-t-il déclaré, en faisant référence à l’accord de 2015 par son nom complet, le Joint Comprehensive Plan of Action.

L’entretien des équipements de surveillance commencera « d’ici quelques jours », a indiqué M. Grossi, ajoutant que même les caméras endommagées et retirées d’un atelier de centrifugation qui a été victime d’un sabotage présumé en juin seraient remplacées.

D’autres problèmes en perspectives

L’accord n’a guère contribué à résoudre un autre problème entre l’AIEA et l’Iran, à savoir l’incapacité de Téhéran à expliquer les traces d’uranium découvertes sur trois anciens sites non déclarés. M. Grossi a déclaré que l’Iran l’avait invité à revenir bientôt et qu’il s’attendait à rencontrer les « plus hautes autorités » du pays.

« Cela peut prendre du temps. Ce n’est pas héroïque mais c’est bien mieux que toute autre alternative », a-t-il déclaré à propos des efforts déployés pour résoudre cette question.

Des diplomates ont déclaré que les États-Unis et leurs alliés européens n’avaient pas encore décidé s’ils allaient demander une résolution contre l’Iran lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, qui débute lundi.

« Il est clair qu’une résolution est moins probable maintenant », a déclaré un diplomate basé à Vienne.

Tout en qualifiant de « très modestes » les « concessions » de l’Iran en matière de surveillance, Henry Rome, analyste à Eurasia Group, a déclaré qu' »elles seront presque certainement suffisantes pour éviter une censure lors de la réunion de cette semaine ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Sur une échelle allant de 0-10, à combien recommanderiez-vous Reliefnews.be à un ami ou un collègue ?

Pouvez-vous expliquer la raison de votre score ?