|
|
Le Covid fout la paix aux tortues !

Le Covid fout la paix aux tortues !

La paix pandémique redonne vie aux tortues sénégalaises menacées d'extinction
Un bébé tortue au Sénégal

Sur un rivage sénégalais éclairé par la lune, la promenade nocturne de Djibril Diakhate s’est interrompue de manière inattendue lorsque sa lampe de poche a révélé que plus de 140 bébés tortues avaient quitté leur nid et sprintaient vers l’océan scintillant.

« Tortues ! » a crié Diakhate, sautant et applaudissant. Ce barman de 47 ans interrogé par Relief patrouille sur cette plage jusqu’à 75 nuits par an, la durée maximale d’incubation des tortues vertes, pour éloigner les prédateurs de leurs nids jusqu’à ce que les œufs soient prêts à éclore.

« J’ai toujours été touché par la naissance de ces tortues », a-t-il déclaré. « La première fois que j’ai assisté à une éclosion, j’ai pleuré devant ces créatures de Dieu ».

Des tortues de nouveau plus proche de leur habitat naturel

Des milliers de tortues pondent des œufs sur les côtes d’Afrique de l’Ouest chaque année, mais des nuits comme celles-ci sont devenues rares à Guereo, le village de bord de mer où vit Diakhate.

L’augmentation de la pêche, du tourisme et de la construction a réduit le nombre de sites de ponte sûrs pour les tortues du Sénégal, qui sont classées comme menacées par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Seules deux ou trois tortues ont pondu leurs œufs à Guereo ces dernières années, alors qu’elles étaient des dizaines il y a une génération, selon Diakhate.

Mais les plages sont devenues plus calmes pendant la pandémie de COVID-19. Quinze tortues ont niché sur la plage de Guereo la saison dernière, contre deux l’année précédente, selon les registres du ministère de l’environnement.

L’afflux était si important que Diakhate a dû déplacer son restaurant – baptisé « Le Nid de Tortue » – après qu’une mère tortue ait pondu ses œufs derrière le bar.

Saliou Mbodji, président de la zone de protection marine de Somone voisine, attribue le changement aux restrictions COVID-19 qui ont stoppé la pêche et le tourisme locaux pendant une grande partie de 2020.

« Il n’y avait pas beaucoup de monde sur les plages ou dans les hôtels », a déclaré Mbodji. « Il y avait moins de lumière, donc plus de tortues sont venues pondre leurs œufs sur les plages ».

Le tourisme reprend et les tortues s’en vont …

Alors que les gens sont revenus sur les plages, les tortues se sont à nouveau retirées. Sept nids ont été découverts près de Guereo cette saison – moitié moins que l’année dernière.

Si les taux de nidification retombent aux niveaux pré-pandémiques, l’écosystème pourrait être définitivement endommagé, ont déclaré les chercheurs du groupe de conservation Oceanium à Dakar, qui fournissent des cages de protection pour protéger les nids des prédateurs.

« [Les tortues] régulent les algues marines en les mangeant, et les algues marines dépendent d’autres espèces comme le thon, la langouste et la crevette », a déclaré Charlotte Thomas, responsable du projet tortue de l’Oceanium.

« Si ces tortues venaient à disparaître, cela créerait un déséquilibre dans la chaîne alimentaire et menacerait l’ensemble de l’écosystème. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Sur une échelle allant de 0-10, à combien recommanderiez-vous Reliefnews.be à un ami ou un collègue ?

Pouvez-vous expliquer la raison de votre score ?