|
|
|
Focus sur la crise au Kazakhstan

Focus sur la crise au Kazakhstan

Quelles sont les leçons et les conséquences probables de la récente crise au Kazakhstan pour le pays lui-même, pour l'Asie centrale et pour le rôle de la Russie dans la région ?
Des manifestants prennent part à un rassemblement contre la hausse des prix de l'énergie à Almaty, au Kazakhstan

Les violences qui ont secoué le Kazakhstan au début de l’année 2022 ont choqué le pays et ses voisins, brisant l’image de pays stable du Kazakhstan et faisant dérailler sa trajectoire post-soviétique. Les événements de janvier ont montré que le Kazakhstan n’est pas nécessairement à l’abri de la violence politique ascendante et des luttes intestines féroces entre élites dont plusieurs de ses voisins ont été témoins. Comme si le drame de l’agitation intérieure du Kazakhstan ne suffisait pas, la demande du président Kassym-Jomart Tokayev d’une intervention de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie pour aider à réprimer la violence a représenté un changement radical de la politique étrangère kazakhe et russe en matière de sécurité dans la région, prenant l’Occident par surprise.

Le déploiement de l’OTSC au Kazakhstan a été de courte durée, mais il a constitué un important coupe-circuit. En demandant de l’aide à Moscou, Tokayev a essentiellement admis qu’il était incapable de contrôler la situation. Mais il semble également qu’il s’agissait d’un stratagème astucieux pour déjouer ses rivaux, notamment le dirigeant de longue date du pays, Nursultan Nazarbayev. Quoi qu’il en soit, le contraste avec Nazarbayev, qui a toujours gardé la mainmise sur la politique du pays sans aide extérieure, ne pouvait être plus frappant.

En raison de la nature normalement opaque de la politique de l’élite kazakhe, il est peu probable qu’un compte rendu exhaustif de ce qui s’est réellement passé voie le jour. Le gouvernement Tokayev a affirmé que les troubles avaient été déclenchés par des acteurs étrangers, notamment des « terroristes » présumés, mais n’a fourni aucune preuve à l’appui de cette allégation. Il n’y a pas non plus de raison de croire les affirmations chinoises et russes selon lesquelles les troubles étaient une tentative de « révolution de couleur » parrainée par l’Occident : Washington a été pris au dépourvu, comme tout le monde, et sa réaction a semblé hésitante et timide. Néanmoins, compte tenu de ce que l’on sait, quelles sont les leçons et les conséquences probables de cette crise pour le Kazakhstan, pour l’Asie centrale et pour le rôle de la Russie dans la région ?

Nazarbayev est hors jeu

Rétrospectivement, le tournant critique de la politique kazakhe a été la décision de Nazarbayev, alors président, d’initier un transfert progressif du pouvoir à Tokayev, son successeur trié sur le volet, en 2019. Tokayev avait auparavant occupé un certain nombre de postes gouvernementaux de haut niveau, mais était perçu comme quelqu’un sans base politique intérieure solide. Après vingt-neuf ans de présidence, Nazarbayev a pris le titre d' »Elbasy », ou « leader de la nation », et a conservé la présidence du tout-puissant Conseil de sécurité et donc le contrôle de l’appareil de sécurité. Pendant plus de deux ans, le tandem semble fonctionner, même s’il y a des signes occasionnels de friction.

Mais le relâchement des rênes par Nazarbayev et l’apparition d’une dualité de pouvoir au sommet ont conduit à des factions. Les manifestations de rue de janvier semblent avoir déclenché des affrontements entre élites qui ont conduit à l’effondrement du tandem. Trois jours à peine après le début des troubles, M. Tokayev a contraint M. Nazarbayev à renoncer à la présidence du Conseil de sécurité. Il a ensuite licencié le premier ministre, l’ensemble du cabinet et plusieurs hauts responsables de l’appareil de sécurité nommés par Nazarbayev. (Depuis lors, certains ministres auraient été reconduits dans leurs fonctions).

La famille Nazarbayev et ses alliés ont longtemps contrôlé les ressources naturelles et les actifs financiers les plus rentables du pays. Après avoir mis sur la touche Nazarbayev et plusieurs de ses proches alliés politiques, M. Tokayev semble déterminé à établir son contrôle sur le pouvoir économique également. Il a déjà évincé des membres de la famille de Nazarbayev de postes influents au sein d’un groupe de lobbying, de sociétés énergétiques et d’une entreprise lucrative de recyclage. On a également appris récemment qu’une fondation caritative dirigée par le frère cadet de Nazarbaïev, Bolat, avait fait don de 2,3 millions de dollars à un fonds créé sur les ordres de Tokaïev pour lutter contre les problèmes socio-économiques consécutifs aux troubles. Dans un élan populiste et pour détourner la responsabilité de nombreux problèmes socio-économiques du pays, M. Tokayev semble vouloir priver certains riches initiés de leur pouvoir et de leur prestige.

D’autres initiatives ont été prises pour dépouiller Nazarbayev de ses titres honorifiques. M. Tokayev a approuvé les modifications constitutionnelles approuvées par le Parlement, qui ont privé M. Nazarbayev de plusieurs mandats à vie, notamment ceux de président de l’Assemblée du peuple du Kazakhstan et de chef du Conseil de sécurité. Une pétition en ligne a été lancée pour rétablir le nom de la capitale à Astana – elle a été renommée Nur-Sultan en l’honneur de Nazarbayev après qu’il a quitté la présidence en 2019 – et de nombreux responsables gouvernementaux appellent déjà la ville simplement « la capitale. » Il y a probablement plus de choses à venir.

Nazarbayev a le mérite d’avoir finalement reconnu qu’il était temps de partir. Au lendemain de la crise, peut-être sous la contrainte, il a prononcé un discours télévisé et a annoncé son retrait de la vie publique. Toutefois, les troubles et les violences de janvier ont gravement porté atteinte à son héritage. Pendant les manifestations, il a été au centre de la colère publique. L’appel rapide lancé par M. Tokayev à la Russie pour qu’elle aide à stabiliser le pays a également porté atteinte à l’une des principales réalisations de M. Nazarbayev : le fait que le Kazakhstan soit une nation indépendante et souveraine depuis trois décennies. L’avenir de la politique étrangère multisectorielle de Nazarbayev est désormais en question, car la Russie cherchera sans aucun doute à récolter les fruits de son intervention. La crise a également terni le climat d’investissement au Kazakhstan, du moins à court terme, même si les acteurs étrangers du secteur de l’énergie et des ressources naturelles chercheront sans doute à protéger leurs investissements existants et à rester attentifs aux opportunités futures.

Le changement de direction a peu de chances d’améliorer le sort du peuple kazakh ou de résoudre les problèmes socio-économiques et politiques profonds et anciens qui sont à l’origine des troubles. Les manœuvres des factions d’élite et la course aux avantages politiques ou économiques sont une énorme source potentielle de distraction qui ne laissera que peu de temps pour s’attaquer à ces problèmes. Entre-temps, le manque de confiance des dirigeants et leur emprise incertaine sur le pouvoir les inciteront probablement à réprimer la dissidence intérieure, ce qui est certainement une préoccupation de nombreux militants de la société civile et de l’Occident. Le Kazakhstan avait auparavant la réputation d’avoir une forme d’autoritarisme un peu plus douce que celle de certains de ses voisins, ce qui avait contribué à faciliter les liens avec l’Europe et les États-Unis. Demander l’aide de la Russie peut également s’avérer être un handicap politique pour Tokayev sur le long terme si cela alimente le sentiment nationaliste, qui est souvent dirigé contre l’ancienne puissance coloniale. En résumé, la crise immédiate est peut-être terminée, mais la stabilité à long terme du Kazakhstan n’est guère assurée.

Des transitions instables

La crise montre également comment les vents contraires de l’économie mondiale, la pandémie et une transition de direction soigneusement orchestrée peuvent avoir des conséquences déstabilisantes inattendues pour des régimes qui semblent contrôler étroitement les rênes du pouvoir. Au Kazakhstan, la transition officielle qui a débuté en 2019 n’était pas la fin, mais le début de la transition de leadership – une transition qui semblait initialement bien planifiée, mais qui a fini par être assez désordonnée.

La stabilité politique en Eurasie est fréquemment illusoire, les régimes semblant souvent très sûrs jusqu’à ce que soudainement ils ne le soient plus. L’Arménie, la Géorgie, le Kirghizstan et l’Ukraine ont tous connu des épisodes inattendus d’instabilité ascendante qui ont déclenché des changements de dirigeants au plus haut niveau. Il est intéressant de noter que tous ces pays étaient semi-démocratiques à l’époque. Le Kazakhstan autoritaire était similaire dans une certaine mesure, dans la mesure où le régime de Nazarbayev aspirait à faire preuve de plus de légèreté, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

En revanche, les transitions ont été plus douces en Ouzbékistan et au Turkménistan, pays hautement autoritaires, où les nouveaux dirigeants ont réaffirmé une forte emprise et ont rapidement écarté tous les rivaux potentiels. La comparaison entre les transitions centralisées de Tachkent et d’Achgabat et celles, plus difficiles, de Nur-Sultan et de Bichkek n’a probablement pas échappé aux derniers autocrates de la région eurasienne.

Les victoires de la Russie

Le Kremlin, comme tout le monde, a été pris de court par les troubles au Kazakhstan. Mais trois jours après le début des manifestations et quelques heures après qu’elles aient pris un tour violent, il a rapidement saisi l’occasion de renforcer son influence dans une région de plus en plus dépendante de la Chine. Le déploiement de forces de maintien de la paix de l’OTSC au Kazakhstan a été le premier cas où l’alliance dominée par la Russie a agi pour stabiliser un État membre. En intervenant de manière agile et décisive au Kazakhstan, M. Poutine a renforcé l’un de ses messages préférés aux autres dirigeants autoritaires : Je vous soutiens. L’intervention de l’OTSC et le retrait rapide du contingent de maintien de la paix dirigé par la Russie ont illustré la capacité du Kremlin à s’appuyer sur des partenaires locaux pour atteindre l’objectif souhaité. Malgré le renforcement militaire en cours le long de la frontière ukrainienne, la Russie a montré qu’elle pouvait marcher et mâcher du chewing-gum en même temps.

La Chine s’est d’abord tenue à l’écart, bien qu’elle ait apporté un soutien public et une couverture politique à la répression. Pourtant, le 5 février, M. Tokayev a annoncé que le président chinois Xi Jinping effectuerait sa quatrième visite au Kazakhstan dans le courant de l’année, ce qui devrait renforcer les échanges commerciaux, les investissements et les liens diplomatiques entre les deux pays. En revanche, les responsables américains et européens ont fait preuve d’une faible capacité à orienter les événements dans une région dont ils se sont largement retirés. Dans un moment de crise intense et de chaos, les gouvernements occidentaux ont pris leur temps, incité à la prudence, prêché la non-violence et fait la leçon aux autocrates sur les droits de l’homme. Au plus fort de la crise, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a consacré une partie de son entretien téléphonique du 6 janvier avec son homologue kazakh Mukhtar Tileuberdi à l’Ukraine : un pivot qui suggère que les États-Unis privilégient la sécurité de l’Europe à celle de l’Asie centrale. Pékin et Moscou en ont probablement pris note.

Le contraste avec la façon dont la Russie et l’OTSC ont réagi aux précédents cas de fragilité de l’État est également remarquable. Le Kremlin est resté à l’écart lorsque l’instabilité politique ou ethnique a secoué d’autres membres de l’OTSC – l’Arménie, le Kirghizistan et le Tadjikistan – en 2020 et 2021. Qu’est-ce qui a donc changé ? Il est difficile d’insister sur le fait que le Kazakhstan est spécial pour la Russie. Grâce à sa taille, à sa frontière terrestre de 7 600 kilomètres avec la Russie, à sa grande économie et à ses vastes ressources naturelles, le Kazakhstan est le voisin le plus important de la Russie après le Belarus et l’Ukraine (qui occupent tous deux des positions géostratégiques entre la Russie et l’OTAN).

Si l’intervention au Kazakhstan a été très médiatisée, le rôle réel de la Russie sur le terrain a été relativement discret et peu risqué, manifestement conçu davantage pour son effet sur la réputation que pour son impact sur le terrain. Compte tenu de la réticence du Kremlin à s’impliquer dans les crises précédentes, cette intervention inattendue était une trop belle occasion de renforcer l’influence de la Russie chez l’un de ses voisins les plus importants pour la laisser passer. Il est donc possible que l’opération de l’OTSC ne soit qu’une seule fois. Le fait que Moscou intervienne à nouveau pour résoudre d’autres crises régionales ne doit pas être considéré comme acquis.

Néanmoins, l’intervention a montré que l’alliance de sécurité dominée par la Russie n’est pas un tigre de papier, comme les experts occidentaux l’ont si souvent considéré. À l’heure où l’OTAN s’efforce de coordonner une réponse collective aux menaces renouvelées d’agression russe contre l’Ukraine et aux efforts de Moscou pour réécrire l’architecture de sécurité européenne selon ses propres termes, le Kremlin a rapidement coordonné (ou contraint) une réponse collective de ses alliés. L’intervention au Kazakhstan a été une victoire claire pour Poutine. Elle a donné de la Russie l’image d’une force puissante, décisive et efficace pour la stabilité dans une région où ces qualités sont rares. Après avoir perdu du terrain face à la Chine en Asie centrale au cours des deux dernières décennies, la Russie a pu se rétablir en tant qu’acteur géopolitique et force majeure dans la région grâce aux événements du Kazakhstan. L’Occident est resté largement à l’écart.

—————————————

Reportage d’Adrien MAXILARIS
Édition : Evelyne BONICEL
Nos normes : Les principes de confiance de Relief
Relief | Décryptage Géopolitique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Sur une échelle allant de 0-10, à combien recommanderiez-vous Reliefnews.be à un ami ou un collègue ?

Pouvez-vous expliquer la raison de votre score ?