|
|
|
La place des ultra-orthodoxes dans l’économie israélienne

La place des ultra-orthodoxes dans l’économie israélienne

Le gouvernement israélien souhaite que davantage d'hommes ultra-orthodoxes travaillent, mais il se heurte à une résistance.

Le nouveau gouvernement israélien cherche à profiter d’une rare opportunité politique pour pousser davantage d’hommes juifs ultra-orthodoxes à travailler afin de stimuler l’économie, une mesure qui pourrait opposer les puissants chefs religieux aux politiciens.

D’ici 2065, la communauté « haredi » d’Israël devrait représenter 32 % de la population du pays, contre 12 % actuellement, selon les estimations officielles.

Seuls environ 50 % des hommes ultra-orthodoxes travaillent. L’autre moitié étudie les textes religieux dans les séminaires. La Banque d’Israël et les responsables économiques ont mis en garde contre les pressions budgétaires à long terme si ces hommes ne sont pas intégrés dans la population active.

« L’augmentation des taux d’emploi et de productivité du travail de la population ultra-orthodoxe, en particulier des hommes, est une question d’importance stratégique pour le PIB par habitant, la productivité du travail et la réduction des disparités de revenus entre les ultra-orthodoxes et le reste de la société », a déclaré la Banque d’Israël.

Mais pendant la majeure partie des 12 dernières années, deux partis ultra-orthodoxes ont apporté leur soutien à la coalition au pouvoir de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, empêchant ainsi tout changement.

Aujourd’hui, aucun parti ultra-orthodoxe ne fait partie du gouvernement, et le ministre des finances Avigdor Lieberman est un laïc déterminé. Les hommes haredi, dit Lieberman, devraient « gagner une vie décente qui ne soit pas basée sur des allocations et des aides ».

Il a déjà tiré son premier coup de feu : un plan qui exigerait que les deux parents aient un emploi pour recevoir des subventions de l’État pour la garde des enfants.

Les politiciens haredi ont violemment attaqué ces propositions. Moshe Gafni, chef du parti du Judaïsme unifié de la Torah, a qualifié Lieberman de « diabolique ».

De nombreuses familles ultra-orthodoxes sont nombreuses et sont souvent soutenues par les femmes, dont 78 % ont un emploi.

Devorah Lipner, une femme ultra-orthodoxe de 22 ans qui dirige une organisation à but non lucratif à Jérusalem, a déclaré qu’elle pourrait devoir quitter son emploi car elle ne s’attend pas à ce que son mari arrête ses études de Torah.

« Le style de vie de la communauté ultra haredi est que la Torah passe en premier et que tout le reste passe en second …. (et) c’est mon droit démocratique de vivre selon ma religion », a-t-elle déclaré.

« Rendre la vie plus chère et plus dure est une façon très amusante d’inciter les gens à aller travailler ».

La communauté haredi et certains analystes ont exhorté le gouvernement à ne pas adopter des politiques qui pourraient finalement se retourner contre lui et forcer les femmes à quitter le marché du travail au détriment des hommes.

Eitan Regev, directeur général adjoint de l’Institut Haredi pour les affaires publiques, voit dans la faiblesse des salaires un obstacle à une intégration rapide – de nombreux hommes ultra-orthodoxes ne peuvent prétendre à des salaires élevés car ils n’ont jamais étudié l’anglais, les mathématiques et les sciences.

« Si l’on crée des opportunités d’emploi et que l’on dispense une formation adéquate afin que les salaires d’entrée soient suffisamment élevés pour compenser ce qu’ils perdront – comme l’étude de la Torah – alors ils entreront sur le marché du travail », a déclaré M. Regev.

Le soutien de l’État aux Haredim et les exemptions du service militaire ont longtemps été une source d’irritation pour de nombreux Israéliens.

Mais la faible majorité du nouveau gouvernement pourrait empêcher Lieberman de mettre en œuvre des réformes – le Premier ministre Naftali Bennett pourrait avoir besoin que les partis haredim rejoignent sa coalition si d’autres l’abandonnent.

Un secteur crucial est celui des industries de haute technologie. Environ 10 % des étudiants universitaires en technologie sont des ultra-orthodoxes, et 10 000 Haredim travaillent dans ce secteur, dont 7 000 femmes.

Moshe Friedman, dont l’organisation Kamatech s’efforce d’intégrer ses compatriotes haredim dans le secteur technologique et de les aider à créer des entreprises, a déclaré qu’ils pourraient combler les postes vacants que les entreprises de haute technologie annoncent.

« Je vois beaucoup de jeunes Haredim qui veulent rejoindre la main-d’œuvre et l’industrie technologique. Ils viennent à nous par milliers », a déclaré Friedman, ajoutant que le gouvernement « doit simplement les aider avec une meilleure éducation et une meilleure formation. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Sur une échelle allant de 0-10, à combien recommanderiez-vous Reliefnews.be à un ami ou un collègue ?

Pouvez-vous expliquer la raison de votre score ?